usine Kuhlmann

Les produits fabriqués dans l'usine Kuhlmann

Rio Tinto - L'Estaque au temps des usines

On fabriquait beaucoup de choses. Il y avait beaucoup de produits pour l'agriculture : le sulfate de cuivre, le sulfate de fer, le soufre pour mettre sur les vignes ; les produits pour l'industrie, par exemple, le bisulfite qui sert pour conserver le vin, l'hyposulfite pour la photo. Dans l'atelier de chlore, on faisait du gaz de chlore, de la soude, et avec ces deux produits, on faisait de l'eau de javel.

Manuel Casa, contremaître à l'usine Kuhlmann

Rio Tinto - L'Estaque au temps des usines

J'avais un voisin au boulevard Fenouil qui était Contremaître à l'usine Kuhlmann. Il m'a dit : "Si tu veux rentrer à l'usine, il y a de la place". J'avais 19 ans. je suis rentré à Kuhlamnn. J'y suis resté 41 ans.

Une usine du côté de l'Estaque

Rio Tinto - L'Estaque au temps des usines

Ma copine Yvette a été assistante sociale dans une des usines de l'Estaque Riaux. Bien qu'étant souvent en réunion avec le patron et les contre-maîtres, elle faisait le tour de l'usine et des ateliers pour rencontrer les ouvriers, les apprentis, les manoeuvres. Les horaires de travail étaient rythmés par les sirènes qui appelaient les ouvriers pour les différents postes : les quarts, les trois huit etc.

Le lien social

Rio Tinto - L'Estaque au temps des usines

Les Comités d'entreprises jouaient tout à fait leur rôle. Il faut dire que l'économie marchait à plein régime et les batailles menées permettaient de décrocher des avancées.

Le choix de l'usine Kuhlmann

Rio Tinto - L'Estaque au temps des usines

Ma génération, je suis de 39, quand on s'est retrouvé sur le marché du travail en 1960, on avait du travail partout. Après mes études d'infirmière, j'ai travaillé à La Timone, après à La Calade, j'ai eu un bébé, je me suis arrêtée de travailler pendant un an. Après, j'ai travaillé à la Clinique du Littoral. J'y suis restée neuf mois. Là, on est venu me chercher.

Infirmière à l'usine Kuhlmann

Rio Tinto - L'Estaque au temps des usines

Le 31 janvier 2011, c'est Claude Le Masson, infirmière à l'usine Kuhlmann de 1965 à 1981 qui est venue rencontrer les élèves de la classe de CM2 de l'école de l'Estaque gare. Avec elle, les enfants ont découvert la Médecine du Travail, le quotidien d'une infirmière en usine, les visites médicales, les soins médicaux, les maladies professionnelles, le Comité d'Hygiène et de Sécurité de l'usine, le Comité d'Entreprise.

Le four à sulfates

Rio Tinto - L'Estaque au temps des usines

Il y avait un atelier qui s'appelait le four à sulfates. C'était un grand four qui avait la dimension d'une pièce, avec au milieu un pivot et des bras qui tournaient en permanence. Au bout des bras, il y avait comme des mains qui grattaient les parois pour ne pas que les produits restent collés. Parfois, il y avait des ouvriers qui étaient obligés d'ouvrir le four. Alors, il faisait chaud et des gaz sortaient. Les ouvriers, avec des barres à mines, ils tapaient à l'intérieur pour faire tomber les produits.

André Massabeau et l'usine Kuhlmann

Rio Tinto - L'Estaque au temps des usines

Le lundi 17 janvier 2011, les enfants de la classe de CM2 de l'école de l'Estaque Gare ont rencontré André Massabeau qui est venu répondre à leurs questions.

L'usine Kuhlmann et le travail en commun

Rio Tinto - L'Estaque au temps des usines

L'usine, c'est beaucoup de gens qui travaillent et qui travaillent en commun. Cela veut dire que les gens ne font pas qu'une chose. Il y en a un qui fait une chose, et puis l'autre, et puis l'autre, ça forme une chaîne et tout le monde est solidaire.

La fuite de chlore

L'escalier de l'usine

En 1951, il y a eu une fuite de chlore à l’usine Kuhlmann. Même la Société Pénarroya était dans un nuage de chlore. Une grosse partie des ouvriers a été intoxiquée par le chlore. On leur donnait un suppositoire à base d’éther pour les soigner. On leur disait de ne pas courir. Un Espagnol a mangé le suppositoire. Tout le monde a bien rigolé.