Le bistrot du coin

Un texte de Raymonde
Rio Tinto - L'Estaque au temps des usines

Dans le bistrot, le soleil traverse la vitre. Il vient se refléter sur les tables en marbre où étaient assis, il y a quelques minutes, les consommateurs. Toujours les mêmes : le père André, avec sa casquette dont la visière lui cache les yeux et surtout les cartes qu'il tient à la main. Monsieur Toulouse, toujours un oeil à moitié fermé, pour lui éviter la fumée de son éternelle cigarette. Le charcutier d'en face qui ne joue pas, car avec ses yeux perçants, il surveille sa boutique. Sur la quatrième chaise, le petit instituteur est assis. Il ne vient que le mercredi ou dans la soirée à partir de seize heures trente.
Ce rayon de soleil, c'est le dernier des soirs d'été. Il n'éclaire plus maintenant que les cercles humides laissés par les verres vides, où les mouches collantes se disputent le sirop avant que le patron ne vienne passer un chiffon pour nettoyer la table.

La petite Fabrique

Calendrier

«  

Mai

  »
L M M J V S D
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31