La Coloniale

Le passage des wagons

La Coloniale (Société Coloniale de Chaux et de Ciments Portland de Marseille), c'est le nom de la société qui a obtenu en 1913 l'autorisation de construire une grande usine au vallon de Riaux. Elle avait pour but de produire du ciment Portland artificiel. Sa production a modelé tout le paysage du vallon de Riaux et du massif de la Nerthe avec d'immenses carrières dont certaines sont encore en activité.
Abattre les pierres, les réduire en fragments, les transporter aux fours rotatifs, concasser, broyer, bluter, sécher, mettre en sacs ; sauf la cuisson dans les fours, ces différentes opérations pouvaient être faites sans machines par des hommes armés d'instruments primitifs et qui ne craignaient pas de respirer à pleins poumons la poussière de chaux qui saupoudrait toute l'usine.
Grâce à ses voies maritimes, La Coloniale avait une clientèle étendue dans le bassin de la Méditerranée, en particulier, en Afrique du Nord et en Egypte. Elle atteignait aussi l'Afrique Occidentale.
Aujourd'hui, il ne reste plus que des vestiges de La Coloniale. On aperçoit les arcades qui soutenaient les rails transportant les wagonnets. Ces vestiges marquent à la fois le paysage et le promeneur qui se balade sur les hauteurs du quartier de Riaux.
Remplacée par les ciments Lafarge en 1970, elle reste "La Coloniale" pour la population de l'Estaque. 
Image extraite du film "La Parole Libérée"