Kuhlmann

La cité ouvrière Kuhlmann à Riaux

En 1916, la Société Minière Métallurgique Pénarroya (traitement du plomb) cède une partie de terrain située sur les Carrières de la Caudelette aux établissements Kuhlmann qui restent sur le site jusqu'en 1967, période ou les établissements Kuhlmann sont absorbés par Ugine (Ugine-Kuhlmann), puis par Péchiney-Ugine-Kuhlmann (PUK).  PUK devient le premier groupe industriel privé français et est présent dans l'aluminium, la chimie, le cuivre, le combustible nucléaire, les aciers spéciaux. En 1974 (premier choc pétrolier), sa situation financière se dégrade. En 1982, le gouvernement de gauche décide de nationaliser  et de financer sa restructuration. PUK abandonne la chimie et les aciers spéciaux et reprend le nom de Péchiney. A  ce moment-là, Elf-Atochem entre en scène et restera sur le site jusqu'à la cessation d'activité. Depuis, c'est une friche industrielle en cours de réhabilitation par l'entreprise Rétia filiale de Total. Sur cette partie du site, il y avait des ateliers chimiques fabricant du sulfate de cuivre, du sulfure de charbon, de l'acide sulfurique. Ils ont été fermés en 1988 .
Image extraite du film "La Parole Libérée"